Historique des découvertes

Murs en ruine au village préhistorique de Cambous

C’est à la fin du XIXe siècle, grâce à l’abbé Frédéric Hermet, « inventeur » des statues-menhirs, que ces vestiges de pierre furent mises au jour. En découvrant de manière hasardeuse la « Dame de Saint-Sernin » en 1888, l’abbé Hermet va partir à la recherche d’autres dalles sculptées qu’il va étudier et faire connaître à la communauté scientifique entre 1892 et 1926. 

À sa mort, d’autres chercheurs vont prendre la relève et recenser les nouvelles statues-menhirs, bien souvent exhumées par hasard par des agriculteurs et des habitants locaux. L’intérêt que va leur porter l’archéologue et spéléologue Louis Balsan, va accélérer les découvertes à partir de 1940, notamment en Aveyron. 

En Languedoc, de nombreuses découvertes ont suivi les premiers travaux de l'abbé Hermet. Ce n'est qu'à partir des années 1960 que le Docteur Jean Arnal, célèbre néolithicien de l'Hérault au rayonnement international, s'intéressa à ce sujet pour en proposer une interprétation à l'échelle européenne. De nombreux articles et ouvrages vont être ensuite publiés, entre les années 1980 à nos jours, par des spécialistes ayant à cœur d’étudier et de conserver ce patrimoine, comme Charles Cambe, Jean Lautier, Jean-Paul Serres, Didier Gasc , Gérard Rodriguez, Christian Servelle ou encore Michel Maillé. Tous ont contribué à affiner nos connaissances sur les moyens de leur réalisation, les outils et les techniques employés ou encore sur le recensement des motifs représentés. 

photo de l'abbé Frédéric Hermet